CEVA

Origines et principales causes de l’arthrose chez le chien

Douleurs articulaires, boiterie, manque d’entrain… L’arthrose est une maladie particulièrement invalidante. Pourtant, elle peut se prévenir ou être ralentie si elle est prise en charge rapidement.  Comment apparaît-elle et quelles solutions préventives ou curatives mettre en place ?

Article sur l'arthrose à visée pédagogique et destiné au grand public

 

Qu’est-ce que l’arthrose ?

Cause la plus fréquente de douleur chronique chez le chien, l’arthrose n’est pas réservée à l’être humain puisqu’on considère qu’elle touche environ un chien sur cinq . Cette maladie se manifeste par la dégradation progressive et irréversible du cartilage articulaire et se révèle particulièrement invalidante. Usé, le cartilage articulaire n’assure plus son rôle d’amortisseur de chocs, les mouvements deviennent alors douloureux.

Un chien atteint d’arthrose souffrira de douleurs chroniques et de raideurs et éprouvera des difficultés à se mouvoir. S’enclenche alors un cercle vicieux : plus le cartilage se dégrade plus l’animal réduit son activité physique et prend du poids. Et plus la sédentarité s’installe, plus la maladie progresse.

 

Quels chiens peuvent être touchés par l’arthrose ?

Souvent associée aux chiens âgés, l’arthrose peut affecter tous les chiens, même les plus jeunes. L’âge de l’animal, au même titre que son format, un excès pondéral, sa race ou ses antécédents médicaux sont autant de facteurs qui interviennent dans l’apparition des douleurs articulaires.

 

On distingue ainsi deux types d’arthrose. L'arthrose primitive touche plus particulièrement le chien d’âge mûr et constitue la première cause d’arthrose dans cette espèce. Elle est due au vieillissement naturel du cartilage. Plus l'animal vieillit, plus le cartilage se détériore. Dans ce cas, plusieurs articulations sont atteintes en même temps. L'arthrose secondaire est, quant à elle, consécutive à une malformation congénitale (par exemple une dysplasie de la hanche) ou à un traumatisme (par exemple, une fracture articulaire). Dans ces cas, le cartilage s’abîme ou est abîmé beaucoup plus rapidement que normalement. Elle est souvent localisée aux seules articulations concernées.

 

Si elle est fortement liée au vieillissement ou à l’accumulation d’incidents divers, l’arthrose peut également être favorisée par certains facteurs. La maladie s’avère plus fréquente chez les chiens de grande taille. Ils sont en effet prédisposés aux malformations articulaires congénitales, phénomène favorisant l’usure prématurée du cartilage. Les races concernées sont notamment le labrador, le berger allemand, le golden retriever, le rottweiler... Enfin, quelque soit le chien, grand, petit, racé ou corniaud, le surpoids et le manque d’exercice se hissent en tête des facteurs aggravants de l’arthrose.

 

Comment la diagnostiquer ?

Souffrant de douleurs chroniques, le chien s’économise dans ses déplacements quotidiens afin de ne pas solliciter son ou ses articulation(s) touchée(s). Généralement localisées à la hanche, au genou, au coude, à la colonne vertébrale, ou au poignet, ces douleurs articulaires entraîneront chez l’animal des difficultés à se mouvoir, pouvant être parfois accompagnées de réactions inhabituelles au pic de la crise.

Autrefois plein d’entrain, votre chien arbore désormais une démarche raide ou boiteuse, il éprouve quelques réticences à sauter, courir, monter les marches de l’escalier et se met à grogner lorsque vous le caressez. Dès l’apparition des ces signes, une consultation chez le vétérinaire s’impose afin d’identifier si votre chien souffre bien d’arthrose. C’est ce dépistage précoce qui permettra de mettre en place des soins adaptés.

 

Comment soulager mon chien ?

Bien que l’arthrose soit une maladie incurable, de nombreux chiens jouissent d’une bonne qualité de vie, si la maladie est traitée à temps. En effet, plus elle est détectée tôt, plus on augmente ses chances de ralentir son évolution. A titre préventif comme curatif, la mise en place de quelques règles hygiéno-diététiques constitue un premier pas pour lutter contre les douleurs articulaires. Le maintien d’une activité physique modérée mais régulière, permettra ainsi de conserver la masse musculaire de votre chien. Associés à une alimentation équilibrée, ces exercices devraient lui permettre de garder la ligne et d’éviter un surpoids qui ne ferait que mettre encore plus à mal ses articulations.

 

Les thérapies médicamenteuses classiques proposent généralement l’administration d’anti-inflammatoires associée à la prise de compléments alimentaires chondoprotecteurs. Elles permettent de soulager la douleur tout en renforçant la qualité du cartilage articulaire.

L’homéopathie, la phytothérapie, l’aromathérapie… peuvent être un complément pour prévenir les crises d’arthrose et diminuer la douleur.

 

La rééducation fonctionnelle comprend l’hydrothérapie, la thermothérapie, l’électrothérapie ou encore  la kinésithérapie. Avec l’ostéopathie,  ces techniques sont également tout à fait indiquée pour soulager des articulations douloureuses, mais également pour accroître en douceur l’amplitude articulaire et favoriser la reprise de la mobilité du chien.

Le collier YOOS est un produit de confort destiné exclusivement aux chiens en cas d'inconfort articulaire.
YOOS n'est pas un médicament. En cas d'apparition de symptômes, consultez votre vétérinaire.